Après l’orage

Après l’orage
Tiré du magazine paroissial L’Essentiel, UP des Boucles du Rhône (GE), juillet-août 2020

Texte et photo par Jean-Marc Lacreuze

Ces lignes sont rédigées à la veille de la Pentecôte, jour de réouverture de nos églises aux célébrations eucharistiques. Après un très, très long Carême qui s’est prolongé jusqu’à la Pentecôte, nos assemblées peuvent à nouveau se rassembler autour de la Table de l’eucharistie. Au début de cette crise douloureuse, j’imaginais un retour festif, plein de chants et de joie. Il a fallu vite déchanter : même nos liturgies sont modifiées par les mesures de sécurité sanitaire (je préfère cette formulation aux termes officiels « distance sociale… ») que nous connaissons désormais. 

L’été est devant nous, temps habituel des vacances. Mais ce temps, pour beaucoup, ne se passera pas comme prévu.

L’été, c’est aussi le temps des orages. Le ciel s’obscurcit, des trombes d’eau, voire de la grêle, s’abattent sur nous, puis le soleil revient, parfois accompagné d’un bel arc-en-ciel. Les oiseaux se remettent à chanter, une odeur de terre mouillée emplit nos sens, et la vie reprend.

Après un trop long temps d’éloignement et de jeûne eucharistique forcé, cet été nous permet de retrouver ce qui est au cœur de la vie de l’Eglise, le rassemblement eucharistique. Non, ce n’est pas encore parfait, avec ces rangées de bancs fermés, les distances à observer, nos églises à capacité réduite. Durant la crise, il a fallu inventer des moyens pour vivre notre foi à distance. Maintenant, nous pouvons progressivement nous rapprocher un peu, comme les familles qui ont pu enfin se retrouver. Il y aura encore un long chemin à parcourir, des formes différentes à inventer. Mais l’essentiel qui nous unit, c’est notre foi et notre confiance. Difficile de prévoir ce qui se passe à moyen terme, encore plus à long terme. Habitués à une so­­ciété (et une Eglise !) où tout est planifié longtemps à l’avance, nous ferons l’apprentissage de la confiance. 

Que l’Esprit Saint nous guide sur ce chemin de Foi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *