Avancer ensemble

Dans cette rubrique, L’Essentiel propose aux Evêques des diocèses de Sion et de Lausanne-Genève-Fribourg,
à l’Abbé territorial de Saint-Maurice et à leurs représentants de s’exprimer sur le sujet de leur choix. Ce mois, le périmètre est étendu et c’est l’abbé Jean-Jacques Theurillat qui prend la plume.

PAR L’ABBÉ JEAN-JACQUES THEURILLAT, VICAIRE ÉPISCOPAL
POUR LE JURA PASTORAL | PHOTOS : CATH.CH, JURA PASTORAL

Le 31 juillet prochain, je terminerai mon mandat de vicaire épiscopal pour la partie francophone du diocèse de Bâle, après treize années d’activités. Par cette
fonction, il m’aura été donné d’être le témoin des évolutions et des changements qui ont marqué l’Eglise catholique en ce début de XXIe siècle. Je pourrais énumérer ce que j’ai vu disparaître ou les déficiences qui continuent d’affecter la vie ecclésiale. Mais ce n’est pas cela qui me marque en ce moment.

Je voudrais dire mon enthousiasme face au renouveau provoqué par l’appel du pape François à une Eglise plus synodale, appel qui s’est traduit dans chaque diocèse par une large consultation. Cette demande à avancer ensemble est l’autre versant de l’interpellation à être une Eglise en sortie, non pas repliée sur nos difficultés internes, mais joyeuse d’aller à la rencontre de tous ceux qui ne connaissent pas, ou pas assez, la Bonne Nouvelle du Christ. L’histoire a fait de l’Eglise catholique une institution mondiale. Mais on a parfois l’impression que sa gestion interne est devenue sa seule raison d’être. Or, les derniers mots de Jésus dans l’Evangile de Matthieu sont : « Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples. » La raison d’être de la communauté rassemblée par l’Esprit c’est d’aller à la rencontre, d’écouter, d’accueillir et de témoigner.

Je trouve salutaire l’impulsion du pape, même si sa communication peut sembler parfois brouillonne ou abrupte. A force de baigner dans la tiédeur ecclésiale, une stimulation piquante est bienvenue. Je me réjouis de me mettre à la tâche, au niveau paroissial, pour construire un nouveau visage d’Eglise avec tous ceux qui le souhaitent. Je me réjouis d’être bousculé par la Parole et par l’Esprit pour construire la fraternité, travailler à la solidarité qui témoigne du dynamisme de la résurrection. Ce n’est donc pas aigri ou désabusé que je termine mon mandat, mais le cœur joyeux, rempli de cet élan qui nous pousse à construire la communauté que Dieu veut.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *