Coronavirus – La fête du Rédempteur à Venise

Tiré du magazine paroissial L’Essentiel, UP La Seymaz et UP Champel / Eaux-Vives, Saint-Paul / Saint-Dominique (GE), mai 2020

Photo: DR

L'église du "Redentore", Venise
L’église du “Redentore”, Venise

 

«Il y aura de grandes secousses et, par endroits, des pestes, des famines; il y aura des épouvantements et de grands signes dans le ciel.» (Luc ch. XXI, 11)

Par ces temps troublés et incertains, pensons à la «Festa del Redentore» qui a lieu chaque année à Venise et qui devrait se dérouler les 18 et 19 juillet 2020.

La «Festa del Redentore» a été instituée à la suite de la peste qui fit des ravages parmi la population vénitienne de la mi-juin 1575 jusqu’à décembre 1576.

En effet, le 4 septembre 1576, en guise d’ultime remède à la virulence de la peste et conformément au vœu du doge Alvise Mocenigo, le Sénat décida la construction d’une église dédiée au Christ Rédempteur sur l’île de la Giudecca. C’est le 21 juillet 1577 que se déroula la première fête du Redentore lors de laquelle le doge accompagné de tous les dignitaires et de tout le peuple de Venise, assistèrent à une messe solennelle après avoir traversé le canal de la Giudecca sur un pont de barques.

La «Festa del Redentore» c’est la fête de la vie, la fête de Venise qui a survécu à l’épidémie qui tua près de 60’000 Vénitiens malgré les mesures de précaution prises pour l’endiguer.

Pour célébrer la fondation de l’église du Redentore, édifiée par Palladio, Gioseffo Zarlino écrivit une messe chantée, et Andrea Gabrieli, qui avait composé la musique de la grande fête organisée en l’honneur de la visite à Venise de Henri III de France en 1574, composa un motet à huit voix dont voici un extrait: O crux splendidior: «O crux, splendidior cunctis astris, mundo celebris, hominibus multum amabilis, sanctior universis quae sola fuisti digna portare talentum mundi; dulce lignum, dulces clavos, dulcia ferens pondera; salva présente catervam in tuis hodie laudibus congregatam.» En françai : O croix, plus brillante que toutes les étoiles, mondialement connue, le peuple, très aimable, plus sainte que tout. Vous seul étiez digne de porter le trésor du monde ; bois doux, ongles doux qui ont un poids si doux; sauvez la foule qui s’est rassemblée aujourd’hui pour vos louanges.»

A méditer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *