Inviter à la rencontre

Inviter à la rencontre

L’étymologie du mot catéchèse, « faire résonner », indique bien sa nature dialogale. Le dialogue résidant en premier lieu dans la relation, le Service de la catéchèse de l’ECR invite à la rencontre avec le Christ. Quel que soit l’âge !

PAR MYRIAM BETTENS | PHOTOS : ECR

Il n’y a pas d’âge pour recevoir le « paquetage du chrétien ». Comprenez par-là les trois sacrements d’initiation : le baptême, la confirmation et la communion. Ces sacrements marquent l’entrée dans la communauté. Et ceux qui se décident une fois adultes entendront tôt ou tard la chaleureuse et rassurante voix de Cíntia Dubois-Pèlerin. Au Service de catéchèse, elle est un peu la porte d’entrée vers ces sacrements ! La secrétaire oriente ensuite les candidats vers un des membres du service afin qu’ils soient accompagnés dans leur cheminement, par « des rencontres de groupe une fois par mois et individuelles en fonction de la demande et du besoin », détaille Sébastien Baertschi, en charge de la coordination du catéchuménat des adultes.

Pour une personne qui n’est pas baptisée, le parcours prendra entre une année et deux ans. Le temps du catéchuménat est marqué de plusieurs étapes célébratives qui rythment le cheminement. Les catéchumènes recevront ensuite les trois sacrements lors de la Veillée pascale. Il subsiste toujours un « étonnement et une grande joie de constater que de jeunes adultes entre 20 et 30 ans ont ce désir », confie Martine Bulliard, la responsable du service. « Un étonnement, car dans notre Eglise beaucoup de choses doivent changer. On pourrait donc légitimement penser qu’elle ne les intéresse pas en l’état. Malgré cela, l’Esprit est toujours à l’œuvre et nous croyons vraiment que Dieu devance cette demande », ajoute-t-elle encore.

« Nous avons tendance à penser que la catéchèse se résume à acquérir des connaissances, alors qu’il s’agit d’abord de favoriser la rencontre avec le Christ », souligne Martine Bulliard. Mandaté par l’évêque pour orienter la catéchèse, le service œuvre de manière diocésaine afin d’être en harmonie avec les autres cantons. Outre l’accompagnement personnalisé des catéchumènes adultes, le Service de catéchèse forme également ceux qui animent la catéchèse dans les paroisses genevoises. « Nous réfléchissons aux propositions de formations les plus adéquates tout en gardant la posture de celui qui découvre avec l’autre ».

Au service, mais comment ?

Une chose que le Service de la catéchèse et du catéchuménat accomplit et dont on ne se rend pas compte ?
Martine Bulliard :
Une des choses dont on ne se rend pas compte, ce sont les liens tissés avec un grand nombre de personnes. C’est vraiment de l’ordre de la communion, de connaître les gens qui gravitent autour de nous et cette connaissance permet d’avancer et de mieux répondre aux demandes.

Quel « service » apportez-vous aux Genevois de manière générale ?
MB : Je prendrai le biais du catéchuménat pour dire que l’on est à l’écoute de toute personne qui a envie d’aller plus loin dans sa vie, qui a envie de trouver du sens à sa vie, d’avancer, de cheminer. C’est vraiment de se dire que nous sommes ouverts à l’écoute de chacun là où il en est dans son parcours spirituel. Notre rôle c’est d’être là, d’écouter et d’avancer avec les personnes.

Mgr Morerod bénit ces jeunes adultes ayant décidé de recevoir « le paquetage du chrétien ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *