Jésus, seul chemin ? (Jean 14, 6)

PAR FRANÇOIS-XAVIER AMHERDT PHOTO : PXHERE

J’ai discuté parfois avec des connaissances affiliées de près ou de loin à la franc-maçonnerie. Pour elles, Jésus est-il LA voie, LA vérité et LA vie, tel qu’il se présente lui-même au début de son testament laissé aux apôtres ? (Jean 14-17) Ou alors le chemin franc-maçon est-il compatible avec le message chrétien et peut-il se combiner avec lui ?

Le discernement est délicat dans nos conversations, nos fréquentations comme notre accompagnement pastoral : comment demeurer à la fois totalement respectueux de l’orientation spirituelle de chacun·e et affirmer clairement notre enracinement dans le Fils de Dieu comme « unique voie de salut » ? L’enjeu est donc bien celui-ci : comment vivre un dialogue vrai et inclusif ?

Le Christ invite les Douze à ne pas se troubler, il leur promet
de les prendre là où il est sur le point de s’en aller et de leur préparer une place (Jean 14, 1-4). C’est lorsque Thomas lui objecte : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment saurions-nous le chemin ? » qu’il lui répond : « Nul ne vient au Père sans passer par moi. » (14, 5-6)

L’exégèse et la traduction chrétiennes interprètent ce verset comme, d’une part, l’affirmation de l’unicité salvifique de Jésus-Christ en tant que « passage obligé » vers le Royaume définitif. Mais, d’autre part, cette perspective est inclusive, et non exclusive. C’est-à-dire qu’elle ne signifie pas que seuls ceux qui adhèrent explicitement au Christ et le reconnaissent comme seul Maître seront associés au salut, mais que même ceux qui ne connaissent pas le Christ, ou le refusent, ou choisissent une autre orientation spirituelle, ou sont indifférents envers lui, ou combinent leur foi en lui, parfois vague, avec une autre tradition religieuse, tous et toutes passent par le Christ pour aller vers le Père dans l’Esprit, s’ils sont reconnus dignes de partager le bonheur éternel. Même sans le savoir.

D’où une perspective de dialogue interreligieux lui aussi inclusif, y compris avec les francs-maçons : il s’agit de prendre en considération les parts de vérité lumineuse qui existent réellement dans cet univers initiatique, selon l’action mystérieuse de l’Esprit Saint qui nous échappe. Et de leur montrer en même temps qu’une double appartenance totale et plénière s’avère, en réalité, théologiquement impossible. C’est le Seigneur qui démêlera le tout.

Une pensée sur “Jésus, seul chemin ? (Jean 14, 6)

  1. J’aime ce passage biblique qui illustre si bien votre propos :. Et l’Ange leur dit: Ne craignez point; car voici que je vous annonce une grande joie qui sera pour tout le peuple:

    Lc 2,11. c’est qu’il vous est né aujourd’hui, dans la ville de David, un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur.

    Lc 2,12. Et vous Le reconnaïtrez à ce signe: Vous trouverez un Enfant enveloppé de langes, et couché dans une crèche.

    Lc 2,13. Au même instant, il se joignit à l’Ange une troupe de l’armée céleste, louant Dieu, et disant:

    Lc 2,14. Gloire à Dieu au plus haut des Cieux, et, sur la terre, paix aux hommes de bonne volonté.

    Lc 2,15.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *