Les diaconesses de Saint-Loup

Les diaconesses de Saint-Loup

De nombreuses communautés sont présentes en Suisse romande, comme autant de témoins de la vitalité et de la diversité de l’Eglise. Ce mois-ci, place à l’œcuménisme et cap, du côté protestant, sur les diaconesses de Saint-Loup à Pompaples, une commune vaudoise au pied du Jura.

Fondateur: le pasteur Louis Germond, à la suite de la guérison miraculeuse de sa femme, s’inspire du pasteur allemand Theodore Fliedner qui a créé la première institution de diaconesses à Kaiserswerth en 1836.

Date de fondation: en 1842 dans une aile du château d’Echallens, l’épouse du pasteur Germond et quatre diaconesses s’engagent dans une vie de célibat, de simplicité et d’obéissance au service des plus démunis.
Persécutée tant du côté protestant que catholique, l’œuvre pionnière dans les soins donnés aux malades et aux plus pauvres s’installe sur le plateau de Saint-Loup en 1852.

Dates clés: en 1942, la communauté compte 470 diaconesses réparties dans 80 lieux en Suisse romande !
En 1977, elles réorientent leur ministère et ouvrent une maison d’accueil.
En 1984, l’hôpital de Saint-Loup passe aux mains de l’Etat.
En 2008, elles construisent la chapelle Origami, un bijou d’architecture.
En 2018, elles adoptent la vision suivante: «Saint-Loup, un lieu mis à part, de vie communautaire, où rencontrer le Christ, être accueilli et restauré afin d’aller et témoigner de l’amour du Père, par l’Esprit Saint.»

Organisation: sous forme d’association et disposant d’une fondation, la communauté de Saint-Loup accueille aujourd’hui, en plus des diaconesses, des personnes célibataires, couples et familles qui reçoivent un appel pour vivre un temps sur ce lieu. Ses activités reposent sur deux piliers: la prière et le service. Elles sont supervisées par une équipe de responsables, eux-mêmes chapeautés par un conseil, garant des valeurs et de la vision.

Mission actuelle: continuer à faire de Saint-Loup un lieu d’accueil, d’accompagnement et de formation, rythmé par des offices liturgiques, trois fois par jour, pour que des personnes en reconstruction puissent trouver là une sorte d’école de vie.

Une particularité: les diaconesses ont fait appel au pasteur évangélique Philippe Bottemanne pour les accompagner et développer à l’horizon 2025 un projet de communauté sous la forme d’un « village thérapeutique » avec l’implantation de PME impliquées dans l’accompagnement et le soin des personnes.

Pour aller plus loin: saint-loup.ch

« Etre diaconesse de Saint-Loup, c’est… »

par Sœur Claire

«Diaconesse signifie servante. Il y a 65 ans que je suis entrée à Saint-Loup à l’appel du Christ pour le servir en communauté. Autant d’années riches en expériences fort diverses et de rencontres qui ont affermi ma vocation. Aujourd’hui, dans une communauté dite « plurielle », je me sais et me sens plus que jamais diaconesse par la grâce et la fidélité de Celui qui m’appelle encore à Le servir dans une vie de partage et de prière.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *