L’importance des chants d’assemblée et de la musique populaire dans la liturgie

L’importance des chants d’assemblée et de la musique populaire dans la liturgie

Texte et photo par Steve Dunn *

La fameuse citation attribuée à saint Augustin : « Chanter, c’est prier deux fois » ou, plus exactement : « Qui bien chante, deux fois prie » (« Qui bene cantat bis orat », en latin), nous encourage à utiliser des chants pendant nos célébrations religieuses. Les chants ne remplacent pas les prières et il ne suffit pas de chanter n’importe comment mais il faut « bien chanter » pour « prier deux fois ». Quand nous chantons nous utilisons les deux hémisphères de notre cerveau alors que pour lire ou réciter un texte nous utilisons surtout l’hémisphère gauche. La musique que nous aimons et que nous connaissons bien stimule également notre corps et nous procure des émotions. Donc, si nous prions en chantant bien nous engageons nos esprits, nos corps et nos âmes. Je pense que c’est pour cette raison que l’on peut considérer qu’ainsi nous « prions deux fois ».

Les chœurs de paroisse avec des chanteurs expérimentés peuvent atteindre cet état grâce à des répétitions régulières et nos paroissiens à Sainte-Thérèse me disent souvent que les chants du Chœur mixte les aident à prier. Mais comment arriver au même résultat avec une assemblée dont certains membres disent ouvertement qu’ils ne savent pas chanter ? En vérité, la recherche montre que les gens qui n’ont pas d’oreille au point de ne pas pouvoir reconnaître et reproduire une mélodie forment moins de 4% de la population humaine. En revanche, beaucoup de gens ont plus ou moins de difficulté à contrôler leurs voix quand il s’agit de bien chanter. Mon expérience avec la Maîtrise de Sainte-Thérèse m’a montré que les enfants à qui les parents ont chanté ont plus de facilité à reproduire des mélodies. Cependant, les enfants qui avaient de la peine au début ont tous appris à chanter juste avec la pratique. D’ailleurs, les adultes peuvent apprendre aussi et il n’est jamais trop tard pour se mettre à chanter ! Le chant s’apprend et les chanteuses et chanteurs classiques étudient pendant de longues années comme les autres instrumentistes. Car, oui, la voix est un instrument, mais avec la spécificité d’être située à l’intérieur de la personne qui le pratique. Elle est aussi le seul instrument capable de « jouer » des paroles, permettant ainsi cet engagement total de la personne qui prie en chantant.

Pour que les assemblées dans nos églises puissent bien chanter, il faut des chants simples (mais pas trop, s’il vous plaît !) et bien connus. Ceux que nous chantons depuis notre plus jeune âge ont un pouvoir émotionnel sur nous qui favorise l’implication de l’esprit, du corps et de l’âme. Nous avons toutes et tous des souvenirs de moments magiques de Noël pendant notre enfance. Les chants populaires de Noël y sont toujours associés et quand nous les rechantons chaque année, tous ces souvenirs nous reviennent. Quand une église pleine chante pianissimo Douce nuit il y a une communion extraordinaire et nous nous sentons attirés ensemble vers le Seigneur dans un moment de prière intense.

Alors, s’il vous plaît, parents, chantez à vos enfants et encouragez-les à chanter. Adultes, osez chanter à la messe. Enfants et adultes engagez-vous dans un chœur. Prenez des cours de chants. Plus vous chanterez, mieux vous chanterez et ainsi vous pourrez « bien chanter » et « deux fois prier » ! 

* Directeur du Chœur mixte et de la Maîtrise de Sainte-Thérèse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Votre commentaire s’affichera après notre approbation. Les champs obligatoires sont marqués d’un *