Marcher au rythme de la création

Marcher au rythme de la création

PAR MARIE-NOËLLE THEYTAZ, ANGELINE AMOUYE, RENÉ-PARFAIT MESSENG ET BRIGITTE BESSET
PHOTOS : JOSÉPHINE BILARDO ET BRIGITTE BESSET, JOAO CARDOSO ET DR

Voici un retour en témoignages et en images sur la matinée « Au cœur de la création » du dimanche 26 juin. Elle avait pour thème : « La création, une nature offerte pour chacun, offerte pour tous, sans distinction, une gratuité, un cadeau dont tout le monde peut profiter qui est source d’épanouissement et de réconfort ». Trois temps ont rythmé cette matinée en plein air : une marche méditative, une messe célébrée par l’abbé Zbiniew Wiszowaty et un repas partagé.

Toutes générations confondues

J’ai eu beaucoup de plaisir à partager ce moment communautaire dans la nature tout près de chez moi avec des personnes de tous âges. C’est une richesse de pouvoir vivre de tels moments avec le mélange des générations ainsi que la messe en pleine nature.

Et quel plaisir de terminer cette matinée en partageant un repas tous ensemble! Un moment tout aussi important pour mieux faire connaissance en toute simplicité et convivialité.

Une belle journée qui m’a fait beaucoup de bien.

Marie-Noëlle Theytaz

Un Dieu qui fait merveille

Marcher au cœur de la création: une petite chose… Mais je me suis sentie choyée tout au long de cette marche méditative. Me voilà au cœur du sujet.

Je prête souvent peu attention au cadre de vie extraordinaire dans lequel nous vivons : là, j’étais dans une forêt, près de petits cours d’eau, de clairières, appréciant le calme de la nature et le chant des oiseaux. Les textes bibliques qui ponctuaient notre marche étaient tellement en accord avec le paysage qui s’offrait à nous que je les ai accueillis avec la certitude que Dieu existe, que son message est vrai, concret. Et que ce que Dieu nous offre est en lien avec la Bible. Je me suis sentie comme une petite chose qui fait partie d’une création merveilleuse.

J’ai vécu ce moment comme une confirmation de ce que Dieu ne cesse de me dire : « Ne doute pas : je suis là partout et en toute chose et je ne t’abandonnerais jamais. Je suis à l’origine de merveilles et tu es une de ces merveilles ». Je suis chanceuse d’être une petite chose bien choyée par Dieu. Chanceuse d’avoir pu vivre cette matinée méditative.

Un grand merci aux organisateurs de cette marche et de cette messe en plein air. La joie, la bonne humeur, la rencontre, l’émerveillement… et l’occasion de vivre notre foi ensemble et autrement. Tout simplement merci !

Angeline Amouye

Une messe unique

Dans mon pays natal, le Cameroun, j’ai assisté à des messes en plein air ou sous des tentes dans la campagne parce que l’église n’était pas encore construite ou qu’elle était trop petite pour accueillir tous les fidèles.

Je dois avouer que je résistais à l’idée de participer à cette messe en plein air dans la forêt de Coinsins, sachant que notre belle église de Gland avait été inaugurée quatre mois plus tôt et que la météo du jour présageait une matinée pluvieuse. Pendant que je me préparais à assister à la messe par curiosité, le Seigneur m’a inspiré, me rappelant que j’avais gardé un petit piano sur lequel j’avais appris à jouer et que je pouvais m’en servir pour la messe, car il n’avait pas besoin d’électricité. D’un seul coup, la voix qui résistait a cessé de se faire entendre à l’intérieur de moi, et j’ai eu la grâce de vivre une messe extraordinaire qui a débuté par une marche méditative sur le thème de la création. Cette marche guidée et jalonnée de moments de musique et de lecture de la Parole de Dieu a été la plus belle manière de préparer une messe que j’aie jamais vécue.

Il faut reconnaître que dans sa bonté et son immense grandeur, Dieu nous a offert un climat agréable, sans pluie ni trop de soleil, pour profiter pleinement de ce moment de prière et de méditation dans la nature, au cœur des merveilles de sa création. A la fin, j’étais tellement ému et rempli de joie et de paix que je n’ai pas hésité à demander au prêtre s’il était possible d’organiser plus souvent des messes comme celle-ci.

René-Parfait Messeng

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *