Ordination de Frère Mathieu-Marie

Ordination de Frère Mathieu-Marie

Frère Mathieu-Marie a été ordonné prêtre le 19 juin dernier au couvent de l’Annonciation de Paris. Après quatre années passées au couvent Saint-Hyacinthe à Fribourg, il évoque son parcours et sa joie, toujours renouvelée, au service de l’Évangile.

PROPOS RECUEILLIS PAR CAROLINE STEVENS | PHOTOS : DR

« Nous devons semer la graine,  pas la thésauriser. »

Saint Dominique

Né en Alsace, Frère Mathieu-Marie est arrivé à Fribourg en 2018 pour réaliser un master en théologie à l’Université. Il rejoint l’équipe pastorale Notre-Dame deux
ans plus tard et participe à la préparation des enfants aux sacrements. Dans le cadre de cette fonction, il collabore régulièrement avec des laïcs et se réjouit du dialogue ainsi créé.

En tant que membre de l’Ordre des frères prêcheurs, Frère Mathieu-Marie donne tout naturellement la priorité à la prédication. Son ministère dans la catéchèse l’amène ainsi à jongler entre deux mondes : celui de la prière et de la contemplation, et celui de la vie active et séculière.

Un parcours singulier

Avant de découvrir sa vocation, le futur prêtre a vécu une vie riche de sens. Il évoque une scolarité compliquée avant de partir en internat et d’obtenir un baccalauréat en génie civil. Un BTS (Brevet de technicien supérieur) à Strasbourg lui ouvre les portes d’une grande entreprise en 2006. Il apprécie sa fonction de chef d’équipe, mais regrette les impératifs liés au domaine de la construction : les délais imposés, la rudesse des conditions de travail et le manque de minutie.

Malgré une situation matérielle confortable, il quitte l’Alsace en 2012 pour Chambéry. Son besoin de sens et sa soif d’apprendre l’amènent à suivre une formation professionnalisante en écoconstruction. Durant cette année, il fréquente la communauté du Chemin-Neuf, une communauté catholique à vocation œcuménique inspirée de la spiritualité ignacienne.

C’est à l’occasion d’un temps prolongé à l’abbaye des Dombes qu’il découvre une fraternité saine, exempte de séduction
ou de compétition. Il est heureux. C’est ainsi que Frère Mathieu-Marie (qui n’est encore « que » Mathieu) s’interroge sur la possibilité de vivre autrement… Finalement, il prolonge son séjour pour se consacrer à l’intelligence de la foi, la lecture de la Bible et la vie en communauté.

En 2014, Frère Mathieu-Marie rentre chez ses parents en Alsace. Il leur confie alors son désir de devenir religieux. S’ensuit une période de recherche et de discernement, durant laquelle il travaille dans la plomberie. Plusieurs intuitions l’amènent à frapper à la porte du couvent des dominicains. Il est déclaré regardant puis
postulant et ronge son frein en attendant d’être accueilli. Dans l’intervalle, un
temps de service civique au sein de la
communauté de l’Arche lui permet d’affermir ce choix. L’entrée au noviciat tant attendue a finalement lieu le 5 septembre 2015.

S’en remettre à Dieu

Au noviciat, Frère Mathieu-Marie découvre un nouveau rythme de vie. Il y pratique intensément la Lectio divina tout en s’engageant dans un ministère d’accueil à la prison de Strasbourg. Après une première année d’initiation, il renouvelle son engagement pour une durée de deux ans et s’installe à Lyon, où il débute des études en théologie. Une fois de plus, il se heurte au cadre académique. Il hésite, avant de réaliser que sa soif spirituelle et intellectuelle est inextinguible. Sa confiance en Dieu lui permet de lâcher prise. L’appel est désormais limpide, il s’en remet au Seigneur.

Un soir d’hiver, son chemin croise celui d’un jeune homme qui l’apostrophe : « Eh frère, tu bois une bière ? » Convaincu d’abord qu’il s’agit d’une blague, Frère Mathieu-Marie relève néanmoins le défi. Cette interpellation est le début d’une longue discussion au terme de laquelle ces paroles de Jean 7, 37 trouvent un certain écho : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. »

Frère Mathieu-Marie célébrera sa première messe le dimanche 3 juillet à 10h à l’église du Christ-Roi.

Frère Mathieu-Marie a été actif dans la préparation des premiers communiants, notamment ici à l’église Saint-Jean.

La prédication et le salut des âmes

Fondé par saint Dominique de Caleruega au XIIIe siècle, l’Ordre des frères prêcheurs – appelé plus communément dominicain, a pour mission de transmettre le message de l’Évangile et d’amener les hommes à Dieu. Cette famille religieuse accueille des frères, prêtres ou non, des sœurs contemplatives ou apostoliques ainsi que du tiers-ordre laïc. Les dominicains vivent en communauté au rythme de la liturgie. Ils partagent leurs biens, leur temps et leurs divers engagements apostoliques. La spiritualité dominicaine se veut à l’image du message porté par le Christ : simple, claire, directe et objective.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *