Portail du Jugement dernier…

Portail du Jugement dernier…

… collégiale de Berne

PAR AMANDINE BEFFA | PHOTO : JEAN-CLAUDE GADMER

Une fois n’est pas coutume : nous franchissons la Sarine pour découvrir une œuvre unique en Suisse. La collégiale de Berne comprend non seulement le plus haut clocher du pays, mais aussi un exceptionnel portail du Jugement dernier composé de 294 figurines. Il est l’œuvre d’Erhart Küng.

Au XVe siècle, Berne est une des cités-Etat les plus importantes du nord des alpes. Il convient par conséquent qu’elle soit dotée d’une église à la hauteur de sa réputation. La première pierre est posée en 1421, mais des problèmes de financement et d’instabilité du sol ne permettent pas la fin du chantier avant 1893.

Dans la partie haute du tympan, des deux côtés de la rose se trouvent des anges trompettistes annonçant le Jugement.

Au centre de la partie basse, l’archange Michel lutte contre le dragon (Ap 12, 7s). A leurs pieds, une âme est pesée. Le tympan est partagé en deux côtés : à la droite de saint Michel se trouvent les élus et à sa gauche les damnés. Rois, évêques et cardinaux se retrouvent des deux côtés, nul n’est assuré d’être sauvé.

Le cortège informe des damnés les mène vers la fournaise où ils sont jetés tête la première. Les tourments qu’ils sont sur le point de subir sont richement illustrés.

Ceux qui sont sauvés sont revêtus de blancs et couronnés. Ils sont menés vers une porte dorée : l’entrée de la cour céleste où les attendent des figures de l’Ancien Testament et des martyrs. Il est possible de reconnaître Moïse avec les tables de la Loi, saint Laurent (ou saint Vincent) avec le grill, sainte Catherine d’Alexandrie avec la roue…

Longuement contemplé, ce portail est effrayant. Mais son but est de mettre en mouvement. En effet, les églises sont orientées. Le portail du Jugement dernier se trouve à l’ouest, du côté du soleil couchant, symbole de mort. Le fidèle est appelé à entrer dans l’église et à avancer en direction du chœur. L’autel se trouve du côté du soleil levant, symbole de résurrection. La pédagogie de l’œuvre est là : le jugement est réel, mais l’espérance de la résurrection aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *