Sur le chemin de Compostelle

Plusieurs membres du groupe de jeunes de l’Unité pastorale (UP) Nyon-Terre Sainte ont cheminé en juillet sur la Via Jacobi du lac de Constance à Einsiedeln pour leur traditionnelle sortie estivale. Au programme de cette semaine : randonnée, chapelet, détente. Bénédicte Sahli était du voyage. Elle partage dans ces lignes ce qu’elle a vécu sur le chemin de Compostelle.

PAR BÉNÉDICTE SAHLI 
PHOTOS : ARMELLE MARTINEZ ET CHARLOTTE OBEZ

C’est le 10 juillet, dans la ville de Rorschach (canton de Saint-Gall), au bord du lac de Constance, qu’a débuté le pèlerinage du groupe de jeunes de l’UP Nyon-Terre-Sainte. Les jeunes ont rejoint Einsiedeln à pied en empruntant le chemin suisse de Compostelle, la Via Jacobi, en l’espace d’une semaine. Ils étaient sept à prendre part à ce périple, accompagnés par Charlotte Obez, l’actuelle animatrice jeunesse de l’UP, et Thomas de la Barre, qui lui succédera en septembre (voir page 5).

Pour faire les choses dans les règles de l’art, chacun a tamponné sa crédenciale, son carnet de pèlerin, à chaque étape et dormi dans les auberges prévues pour les pèlerins de Compostelle. Nos journées étaient rythmées par la récitation du chapelet. Au quatrième jour de marche, nous avons fait une halte bienvenue au centre aquatique Alpamare, à Pfäffikon, dans le canton de Schwyz.

Des moines accueillants

Arrivés à Einsiedeln, les jeunes ont admiré les différents bâtiments composant le monastère bénédictin et s’y sont recueillis avant de déposer des intentions de prière aux pieds du Christ et de la Vierge noire. En mai, le groupe avait vendu des bougies parfumées pour financer son voyage: chaque bougie vendue offrait la possibilité à son acquéreur de glisser dans une enveloppe une intention de prière qui serait apportée à Einsiedeln.

Les moines, des bénédictins, vivent cloîtrés et les contacts avec l’extérieur ne sont pas fréquents. Vivant selon la règle de saint Benoît, ils renoncent à leurs biens et portent un habit noir, car ils meurent au monde pour renaître dans le monastère. Notre groupe a eu la chance d’échanger avec le Père-Abbé, Mgr Urban Federer, ainsi qu’avec un jeune novice genevois, Frère Alban, qui a prononcé ses vœux simples durant les laudes du dimanche 17 juillet.

D’Einsiedeln à Saint-Jacques

Saint-Jacques-de-Compostelle est l’un des pèlerinages les plus célèbres d’Europe. Ses chemins sillonnent nombre de pays et se ramifient sur le continent européen pour que chacun puisse partir de chez lui. La destination est la cathédrale de Compostelle, en Galice, dans le nord-ouest de l’Espagne, dont la crypte abrite les reliques de l’apôtre Jacques le Majeur.

Dans l’église de l’abbaye bénédictine d’Einsiedeln se trouve une statue célèbre appelée la Vierge noire. Cette statue de Marie n’avait, à l’origine, aucune raison d’être appelée ainsi. C’est à la fumée des bougies que les croyants venaient allumer à ses pieds que la statue doit sa couleur. La ville elle-même est d’autant plus connue qu’elle est une étape importante de la Via Jacobi, qui traverse la Suisse du lac de Constance à Genève.

Cette semaine passée ensemble nous a permis d’approfondir notre foi et de faire de belles rencontres. Il ne nous reste qu’à poursuivre le chemin de Compostelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *