Un ministère au service de l’Evangile

Quelle ne fut pas la surprise, pour Davide Pesenti, d’apprendre qu’il était pressenti pour le poste de secrétaire général de la Conférence des évêques suisses. Rencontre avec celui qui se considère au service d’un hub ecclésial.

PAR MYRIAM BETTENS
PHOTOS :JEAN-CLAUDE GADMER

Davide Pesenti, ici avec mgr Joseph Bonnemain, a pris ses fonctions à la CES en mars dernier.
Davide Pesenti, ici avec mgr Joseph Bonnemain, a pris ses fonctions à la CES en mars dernier.

Comment abordez-vous votre nouvelle fonction ?

Avec beaucoup d’humilité et la conscience de l’importance de cet engagement. Je suis également reconnaissant d’avoir été « appelé » pour ce poste. Après une période de réflexion et de discernement, je suis arrivé à la conclusion que c’était un service que je pouvais rendre à l’Eglise en Suisse. Je conçois ce poste comme une vocation, un ministère au service de l’annonce de l’Evangile et de la vie ecclésiale en Suisse.

Vous dites avoir été «appelé», comment votre nomination s’est-elle déroulée ?

Un matin, j’ai reçu un appel de Mgr Felix Gmür. Il m’a expliqué que la CES cherchait un nouveau secrétaire et qu’ils avaient pensé à moi parmi d’autres candidats potentiels. J’étais à la fois surpris, mais aussi conscient de l’investissement que demanderait cette tâche. J’ai demandé une semaine de réflexion pour confier cette proposition au Seigneur, en discuter avec mon épouse et mon accompagnatrice spirituelle.

Quelle contribution personnelle pensez-vous pouvoir apporter ?

Mon parcours de formation, d’expérience pastorale et ecclésiale peut être un arrière-fond positif pour essayer de comprendre où se situe mon interlocuteur. J’aime bien l’exemple du hub d’aéroport : les avions arrivent d’un côté, puis repartent d’un autre. Je conçois le secrétariat général de la CES comme un hub ecclésial ! Pour comprendre l’Eglise et ceux qui la constituent, il faut connaître la provenance des uns et la destination des autres. La question linguistique est également importante. Elle permet d’entrer en dialogue avec les différentes instances dans leur langue. Enfin, l’attitude d’ouverture permet de créer un terrain fertile au dialogue.

Quels défis l’Eglise doit-elle relever aujourd’hui ?

Le défi majeur se situe dans un approfondissement quotidien du fondement de notre foi : la relation avec la personne de Jésus. A partir de cette redécouverte, nous devons essayer de répondre de la manière la plus adaptée possible aux défis qui se présentent. Premièrement, en corrigeant les erreurs du passé, deuxièmement en répondant à la transformation rapide de la société avec une ouverture synodale et troisièmement en nous orientant vers une communication qui soit plus proactive et moins réactive. Nous devons annoncer Jésus dans un contexte qui n’est plus habitué à recevoir cette annonce, en retrouvant confiance dans ce que nous sommes en tant que chrétiens.

En tant que croyant, comment nourrissez-vous votre foi au quotidien ?

Davide Pesenti
Davide Pesenti

Par la prière spontanée en parlant à Dieu à n’importe quel moment de la journée. En priant en famille au moment du repas. Quand j’ai le temps, j’essaye de prier les laudes ou les vêpres. Ces temps rythment la journée et offrent une parenthèse personnelle avec Dieu. Nous essayons aussi de participer régulièrement à la messe dominicale.

Considérez-vous votre formation de journaliste comme un atout supplémentaire ?

Indirectement. Plus que dans la forme, je pense que c’est dans l’expérience (ndlr. à RTSreligion). Elle a enrichi et élargi ma perception ecclésiale. La dimension œcuménique est également capitale en mettant au quotidien l’accent sur ce qui nous rapproche et nous rend chrétiens. Il y a un grand travail à accomplir déjà à l’intérieur de la Chrétienté.

Biographie express

Né le 29 juillet 1982 à Locarno (TI), il a grandi à Grono (GR). Après un cursus universitaire en théologie et sciences des religions à l’Université de Fribourg, puis à Rome, il effectue l’année pastorale dans le diocèse de Coire et travaille en paroisse à Horgen (ZH). Avant sa nomination à la CES, il était engagé à Cath-Info. Son nouveau mandat, entamé en mars dernier, « fruit d’un travail d’équipe » auquel il tient, consiste en la préparation des assemblées ordinaires de la CES ainsi que leur suivi, la correspondance avec les instances ecclésiales et étatiques, les relations avec les organismes, institutions et commissions ordonnés à la CES et le maintien des liens avec les Conférences épiscopales d’autres pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *