Un nouveau lecteur à la Colombière souriant et décontracté

Camerounais de 40 ans, Charles-Olivier Ngono a décidé de quitter son pays natal après des années de vie professionnelle à Douala pour faire un master à l’EPFL. Parallèlement à sa vie d’étudiant, il a intégré notre vie paroissiale en tant que lecteur. Nous avons voulu faire plus ample connaissance avec cet homme de foi souriant.

RECUEILLI PAR OLIVIER CAZELLES PHOTOS : CHARLES-OLIVIER NGONO

Charles-Olivier, vous avez longtemps vécu en famille au Cameroun. Comment était ta vie là-bas ?
Charles-Olivier Ngono:
Sixième d’une fratrie de neuf enfants, j’ai bénéficié d’une vie de famille accomplie. Papa était comptable et maman était à la maison. Nous avons tous pu aller à l’école et suivre des études universitaires. J’ai travaillé pendant douze ans dans la maintenance des équipements aéroportuaires à Douala et Yaoundé. Puis j’ai voulu renforcer mes capacités en ingénierie en suivant une formation en logistique à l’EPFL.
C’est une belle aventure, et je n’ai jamais été inquiet pour l’avenir. C’est vrai que j’ai dû démissionner, mais j’ai la chance que Cécile, mon épouse, travaille. Enfin, j’aimerais faire partager cette expérience à ma famille: mon épouse et mes deux filles, Mickaëla, 13 ans, et Manuela, 7 ans.

Vous quittez Douala et votre famille et vous atterrissez seul à Lausanne: quel choc !
Et je suis arrivé en pleine pandémie ! Ainsi, l’intégration sociale a été très difficile du fait de l’observation des gestes barrières qui freinaient tout contact humain. J’ai été cantonné dans ma chambre et à la bibliothèque. Dans ces conditions, je n’ai pas pu visiter la région.

Vous avez vécu le contraste des cultures: au regard des valeurs africaines, com- ment voyez-vous la Suisse?
A mon arrivée, j’ai dû entreprendre des démarches administratives. Quel contraste! Alors qu’au Cameroun il y a toujours des accompagnateurs (appelés «démarcheurs»), ici, les démarches sont impersonnelles, tout le monde est censé savoir ce qu’il faut faire. Les gens sont serviables et compétents, mais c’est un peu distant et moins chaleureux.
J’observe cette même froideur dans les lieux publics tels que les quais de gare: chacun a les yeux fixés sur son téléphone portable et les écouteurs sur les oreilles. On ne se parle pas. Par contre, à la gare de Douala, la conversation est spontanée et habituelle entre les passagers même s’ils ne se connaissent pas.

La vie paroissiale à Nyon est bien diffé- rente de celle du Cameroun. Qu’est-ce qui est important pour vous?
Dans l’ensemble, il y a beaucoup de ressemblances. Mais il vaudrait mieux parler des différences qui constituent des richesses pour chaque culture.
Au Cameroun, la «mise en scène» des célébrations du dimanche est très importante: les enfants de chœur sont particulièrement bien habillés, ils ont répété les déplacements et les gestes pour que ce soit beau; les chanteurs portent la tenue de la chorale; les paroissiens viennent en famille, les jeunes sont très nombreux et les messes durent plus longtemps, jusqu’à deux heures.
A la Colombière, les célébrations sont plus sobres et brèves et les paroissiens plus âgés. J’apprécie la participation des enfants à la procession de communion. Ils accompagnent leurs parents et ceux qui n’ont pas commencé à communier s’avancent bras croisés sur la poitrine pour recevoir la bénédiction du prêtre. Au Cameroun, seuls les enfants qui ont le droit de communier participent à la procession de communion ; les autres restent assis.

Que représente pour vous le fait d’être lecteur à la Colombière ?
A la sortie d’une messe, le curé modérateur, l’abbé Jean-Claude Dunand, m’a proposé de lire à la messe. Cela m’a agréablement surpris puisque je n’avais jamais lu en public. J’ai intégré le groupe des lecteurs et j’ai été rapidement mis en confiance pour pratiquer cet exercice. Progressivement, je découvre les détails du service de la sacristie.
Depuis que je suis lecteur, je reçois des retours favorables des paroissiens. A leurs yeux, je ne suis plus un individu lambda qu’on salue de loin, mais le paroissien Charles-Olivier; et j’aime bien cela. Merci pour cette considération.

Etiez-vous engagé en paroisse au Cameroun?
Depuis mon plus jeune âge, je vais à l’église tous les dimanches en famille. Mais dans mon pays, je n’avais jamais consacré de temps à une activité paroissiale. Une seule fois j’ai fait une tentative, ratée, de devenir servant de messe. Ici à Nyon, c’est la toute première fois que je participe activement à la vie de l’Eglise.

Un passage biblique vous marque-t-il ?
Un passage biblique en particulier me parle: c’est dans l’évangile de Luc, au chapitre 6, où Jésus dit à ses disciples: «Un aveugle peut-il guider un autre aveugle? Ne vont-ils pas tomber tous les deux dans un trou? […] Qu’as-tu à regarder la paille dans l’œil de ton frère alors que la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ? […] Comment peux-tu dire à ton frère: « Frère, laisse-moi enlever la paille qui est dans ton œil » alors que toi-même ne vois pas la poutre qui est dans le tien?»
Ce message me fait penser au monde actuel. Nous observons des Etats donneurs de leçons qui se proclament libérateurs et disent aux autres comment résoudre leurs problèmes alors qu’ils connaissent les mêmes difficultés chez eux.

En quoi le fait d’être séparé de votre famille pour les études influence-t-il votre foi ?
Le fait d’être séparé de ma famille et de mes amis me donne du temps pour m’impliquer davantage dans la vie de l’Eglise et m’y intéresser. Je prends plus de temps pour prier ; en particulier, je suis fidèle aux neuvaines mensuelles. Au Cameroun, la tradition des neuvaines de prière à l’occasion de certaines fêtes est très vivante. Malgré les difficultés, je garde une foi solide. Je crois que Dieu m’accompagne chaque jour même s’il m’arrive de douter et de me poser des questions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *